Maison des arts de Créteil - Yann Arthus-Bertrand<br>L'animal et nous
Exposition

Yann Arthus-Bertrand
L'animal et nous

Biennale Photoclimat

saison23.24
26mars—25mai 2024
accès libre
vernissage 03 avril 18h30

L’ANIMAL ET NOUS

Ces dernières années, la question de la place des animaux domestiques et d’élevage dans notre société a pris de plus en plus d’importance. Paradoxalement, de nombreux urbains n’ont plus de contact ni d’interactions avec certains d’entre eux. A travers ses actions dans les domaines de l’Education, la Médiation Equine et la Culture, le Fonds de dotation La Cense accompagne la société dans ses interrogations concernant le bien-être animal pour faire évoluer les pratiques et les consciences à partir de la relation entre l’être humain et le cheval. Basé sur le savoir-faire de plus d’une vingtaine d’années en équitation éthologique avec la Cense, le Fonds de dotation promeut une relation respectueuse aux chevaux, en partant de l’observation et de l’étude de leur nature et de leur comportement. Établir une telle relation demande écoute, partage, humilité – valeurs portées par l’équitation éthologique. Cette pratique est essentielle au bien-être des chevaux, aujourd’hui largement reconnue, et participe aussi au bien-être de l’être humain. Une longue tradition picturale De 1990 à 2005, Yann Arthus-Bertrand a installé son studio de photos au salon de l’agriculture de Paris où animaux et leurs éleveurs prirent la pose. Ces images, exposées pour la première fois en 1999, s’inscrivent dans une longue tradition de portraits. Elle remonte au 15e siècle quand les monarques prennent l’habitude de se faire représenter avec leurs chevaux, chiens ou chats. Pour les bovins, il faut attendre le 17e siècle. Le bœuf de concours devient sujet de peinture, seul ou avec son noble propriétaire. « Le bel et le bon vont ensemble » Ce qui est beau est bon, ce qui est bon est forcément beau : la conviction selon laquelle la beauté de l’animal est garante d’une production de qualité perdure. Les photos de Yann Arthus-Bertrand immortalisent ainsi d’impressionnants bestiaux et la fierté de leurs propriétaires. On y voit leur proximité avec leurs bêtes. Regards, gestes, présence de toute la famille sur la photo, autant de détails qui traduisent un attachement voire une affection. En idéalisant le lien entre éleveurs et animaux, la mise en scène illustre la préoccupation de la société de plus en plus attentive au monde animal et offre un décalage fort avec l’existence de ces animaux qui sont, dans des proportions industrielles, élevés pour être tués. Les images font écho à deux réalités difficilement réconciliables : d’un côté les animaux choyés aimés, habillés, et même starisés sur les réseaux sociaux, de l’autre les animaux invisibles, enfermés, consommés. Le bien-être animal En réaction à l’élevage industriel, la notion de bien-être animal apparaît dans les années 1970. La société évolue, le niveau de vie des humains s’améliore (santé, alimentation, éducation) et les animaux vont profiter de cette évolution des habitudes et des consciences. Si le bien-être animal reste une notion relative, dépendante des cultures et des animaux, on s’accorde sur un bien-être « minimal » : manger à sa faim, dormir correctement, n’être soumis à aucun sévices. Depuis trente ans, le monde paysan est gagné par la qualité de ce lien humain-animal de compagnie et revendique la même proximité avec les animaux de ferme. Le lien se transforme progressivement avec une certitude : on ne peut plus traiter les animaux comme avant ! Le comportement naturel Le bien-être animal suppose également que l’animal puisse exprimer le comportement naturel de son espèce. Si cette notion permet d’intégrer de nouvelles conditions aux élevages, comme la possibilité donnée aux cochons de gratter le sol, elle reste difficile à définir. Quel est le comportement naturel d’un chat ? Quelle est l’influence de l’environnement sur ses aspirations naturelles ? Un chat de gouttière ressent-il la même anxiété de séparation que le chat d’appartement lorsque son maître s’éloigne ? La recherche en éthologie nous en donne des clés. 
D’après un entretien avec Eric Baratay, 2022.

 

 

Le Fonds de dotation La Cense promeut la relation entre l’être humain et le cheval. 

Hall

Partenaires

Maison des arts de Créteil - Fondation La Cense