Chargement

Botched Dollies

Maison des arts de Créteil - Botched Dollies

Botched Dollies

France Cadet
Cette installation fait suite à mes précédentes installations Dog[LAB]01 & Dog[LAB]02 qui s’intéressaient déjà aux expérimentations animales. Ces quatre nouveaux robots révèlent la face cachée de la recherche sur le clonage, dévoilant diverses pratiques de laboratoire tenues secrètes et divulguant nombre de leurs échecs ou essais ratés inhérents à l’achèvement du spécimen plébiscité.

Cette installation fait suite à mes précédentes installations Dog[LAB]01 & Dog[LAB]02 qui s’intéressaient déjà aux expérimentations animales. 
Ces quatre nouveaux robots révèlent la face cachée de la recherche sur le clonage, dévoilant diverses pratiques de laboratoire tenues secrètes et divulguant nombre de leurs échecs ou essais ratés inhérents à l’achèvement du spécimen plébiscité.
Le public est invité à observer ces quatre différentes "Botched Dollies", littéralement "Dolly ratées", nommées ainsi d’après la première brebis clonée, et en référence au terme "botched taxidermy" que Steve Baker utilise dans son ouvrage "The postmodern animal".
Ces "Botched Dollies" incarnent les pathologies et effets délétères les plus caractéristiques du clonage et des principales manipulations génétiques communément utilisées dans l’élevage industriel. Certains animaux présentent ainsi des pathologies fonctionnelles ou malformations diverses, et ont de ce fait besoin de prothèses, orthèses ou de plâtres.
Les robots sont ici non seulement un medium pour incarner ces préoccupations sur le clonage, mais aussi, le fait que ce soient des robots et qu’ils souffrent de pathologies animales, nous rappelle que plus les robots deviennent humains, plus ils semblent emprunts aux maladies et déviances humaines, défiant les rêves des trans-humanistes qui voyaient en la technologie un moyen de surpasser notre mortalité.
Dolly n°1: Large Offspring Syndrome (LOS) clone
Cette Dolly quasiment morte est couchée sur le flanc et exhibe un ventre surdimensionné. Elle exprime le syndrome du "gros veau" qui est un phénomène courant rencontré 9 fois sur 10 dans les troupeaux et veaux clonés par transfert nucléaire. Ces animaux clonés meurent généralement peu après leur naissance à la suite d’infections ou malformations sévères. 

Dolly n°2: Antennapedia C gene mutation (ANT-C gene)
Cette Dolly ratée possède des yeux rouges et des pattes en guise d’oreilles en référence à la drosophile. Cette mouche du vinaigre, fréquemment utilisée dans les laboratoires pour des expérimentations sur les mutations génétiques, développent des pattes dans le 3ème segment thoracique lorsqu’elle exprime le gène  Antennapedia C (ANT-C gene).

Dolly n°3: Ovine Myostatin gene mutation (MSTN) AA (prosthesis)
Cette Dolly ratée possède une prothèse à roulettes en remplacement de ses pattes antérieures qui sont manquantes, une affection génétique fréquente liée aux mutations les plus courantes. Ce robot vivant est doté d’une prothèse artificielle. Malgré sa prothèse l’animal rencontre des difficultés de mobilité.

Dolly n°4: Ovine Myostatin gene mutation (MSTN) BB (plaster)
Cette Dolly ratée a les pattes avant plâtrées. Elle est contrainte de rester assise et émet des petits cris plaintifs. Ces malformations des membres engendrent des problèmes d’équilibre.

Voir le site de l'artiste

UK
This installation is a follow-up to my previous installations Dog[LAB]01 & Dog[LAB]02 which were already questioning animal experimentations.
These 4 new robots disclose the hidden sides of the research in cloning experiments, revealing various secret laboratory practices and enlightening numerous botched trials and failures intrinsic to the universally acclaimed specimen. / leading to one single healthy clone
The audience is invited to watch these 4 different "Botched Dollies", named after the first cloned sheep and in reference to the term "botched taxidermy" that Steve Baker uses in his book "The postmodern animal".
These "Botched Dollies" embody frequent pathologies and side effects of cloning experiments commonly used in breeding industry, some animals exhibit behavioral/morphological pathologies or malformations, some others need prosthesis or plasters.
The robots are here not only a medium to embody questions about cloning, but also the fact that these animals are robots moreover that they are suffering from human or animal pathologies, reminds us that the more life-like robots become, the more prone they’ll be to illness and human diseases, challenging the Utopian dreams of trans-humanists in which robotic technology was seen as a means of overcoming our mortality.

Dolly n°1: Large Offspring Syndrome (LOS) clone
This almost “dead” Dolly is lying on its side and has an oversize belly. She reveals the "large offspring syndrome" or "fetal oversize" which is a phenomenon found 9 times on 10 in calves and lambs generated by nuclear transfer technology. Cloned animals quite often die from infections shortly after birth or are born with serious deformities.

Dolly n°2: Antennapedia C gene mutation (ANT-C gene)
This botched dolly has red eyes and some legs as ears referring to the drosophilae. This vinegar fly largely is largely used in laboratories for gene mutation experiments, and develops legs in the eye-antennal disc when she presents the Antennapedia C gene mutation (ANT-C gene).

Dolly n°3: Ovine Myostatin gene mutation (MSTN) AA (prosthesis)
This botched Dolly has some prosthesis fitted with wheels at its front legs in order to repair missing legs that are frequent in many mutations. This living robot has artificial prosthesis. Despite her prosthesis the animal experiences some mobility difficulties.

Dolly n°4: Ovine Myostatin gene mutation (MSTN) BB (plaster)
This botched Dolly has been born with severe foreleg deformities. She has some plastered legs. She remains seated and cries like a sad puppy. These leg malformations cause balance problems.

 

Partenaires

Le Manège
lille 3000
mac
haut de page

MAC — Mac Plus

Inscription pour recevoir toutes les dernières news, offres de la mac