Chargement

Exposition New Monsters @ Aram Art Museum (Corée)

Maison des arts de Créteil - Exposition New Monsters @ Aram Art Museum (Corée)
Maison des arts de Créteil - IMG_2758.jpg
Maison des arts de Créteil - P1020519.jpg
Maison des arts de Créteil - P1020516.jpg
Maison des arts de Créteil - P1020511.jpg
Maison des arts de Créteil - P1020508.jpg
Maison des arts de Créteil - P1020510.jpg
Maison des arts de Créteil - IMG_2939.jpg
Maison des arts de Créteil - IMG_2940.jpg
Maison des arts de Créteil - IMG_2934.jpg
Maison des arts de Créteil - IMG_2922.jpg
Maison des arts de Créteil - IMG_2759.jpg
Maison des arts de Créteil - IMG_2760.jpg
Maison des arts de Créteil - IMG_2745.jpg
Maison des arts de Créteil - P1020521.jpg
11oct 2014—11jan 2015

Exposition New Monsters @ Aram Art Museum (Corée)

Commissariat : Charles Carcopino & Goyang Fondation Culturelle
Exposition , Exit
New Monsters propose une série d’œuvres plastiques, vidéos, sculptures, interfaces visuelles et sonores.

Depuis toujours, les Monstres ont pimenté les histoires, les époques et les cultures. Protagoniste de contes et légendes ou véritable héros des cauchemars d'enfants et de l'imaginaire populaire, le monstre a ponctué la vie des hommes de sa terrifiante présence. L'histoire de l'Art a été considéré pendant un temps comme étant celle de la beauté, première source d'inspiration des artistes avec la nature.. Puis la laideur est apparu comme un sujet gagnant légitimement sa place en jalonnant l'histoire de créatures fascinantes. Cela ne sera pas contredit par les créatures fantastiques de la mythologie grecque, les kappas du Japon ou encore les créations en image de synthèses des dernières productions cinématographiques. Fantômes, extra-terrestres, puissances occultes et démoniaques, les exemples de la littérature sont infinis !
Appartenant à L'imaginaire et exerçant une fascination sans pareil, Le monstre menace toujours de faire irruption dans le réel. Cette limite a d'ailleurs été franchie de nombreuses fois, lorsqu'au 18e siècles, ils deviennent l'attraction préférée des foires et des fêtes foraines, exhibés lors de "Freaks Shows". Les monstres raconteront par la suite que l'habit ne faisant pas le moine, ils sont eux-mêmes doté d'une sensibilité et d'une compassion que certaines espèces humaines, cupides et stupides n'atteindront jamais. Les meilleurs exemples de cette revanche des Monstres se trouvent dans des récits populaires comme la Belle et la Bête (récit du 18ème siècle), ou dans le film Freaks de Tod Browning. S'interrogeant alors sur l'identité et la subjectivité des jugements, ils remettent en question les préjugés et la peur de l'étranger. "Quand on combat des monstres, il faut prendre garde de ne pas devenir monstre soi-même" nous enseignait Friedrich Nietzsche.
Notre époque, accélérée par le développement du numérique et d'internet a profondément transformé notre société. L'usage des réseaux sociaux, la vitesse de circulations des données et de l'information ont bouleversé nos façons de communiquer, de travailler et de vivre. Parallèlement de nouvelles formes de peurs et de stress sont apparus totalement caractéristique de ces transformations. Cette société mondialisée se cherche. Quand son morale vacille, que la surveillance accrue compromet les libertés individuelles et qu'elle imagine son avenir surpeuplé et sans ressource… Le terrain est favorable à l'arrivée de Nouveaux Monstres qui vont tout naturellement venir enrichir ses cauchemars. 
L'exposition interroge avec humour et poésie la figure du croquemitaine par un panorama contemporain d'oeuvres d'artistes internationaux. En se jouant des codes caractérisant leurs apparitions, l'exposition est un parcours ludique conçu comme une série d'attractions de fête foraine. Elle interroge le rapport qu'entretient le spectateur à l'oeuvre d'Art en lui renvoyant parfois son image et en le mettant au centre du dispositif.

 

UK

For centuries, Monsters have haunted our stories, our histories and our cultures. From the protagonists of our most ancient legends to the genuine heroes of children’s nightmares and our collective imagination, the Monster has punctuated human existence with its terrifying presence. Art History has long considered beauty and the natural world as the primary sources of artistic inspiration, but ugliness has carved out a legitimate place for itself, particularly though these fascinating creatures.  This fact becomes even more evident when one considers the fantastic creatures of Greek mythology, the kappas of Japan to the CGI creations of the latest cinema productions. Ghosts, aliens, demons and occult powers are just a few among the infinite examples!
 
An endlessly fascinating part of the imaginary world, the Monster always threatens to pull us away from the real and into the unknown. This “border zone” was particularly popular in the 18th century when Freak Shows made human disfiguration into a spectacle at traveling fairs and circuses. These “monsters,” however, would come to show that “you can’t judge a book by its cover” – often displaying an unusual degree of compassion and sensitivity in contrast to the often greedy and asinine masses. The best examples of these Monsters’ sweet revenge can be found in popular folk tales such as Beauty and the Beast and in the 1932 American film “Freaks” by Tod Browning. They cause us to examine our prejudices and fear of the unknown by exploring complex questions of identity and judgment. A human conundrum best summed up by Freidrich Neitzsche who cautioned that “he who fights monsters should see to it that in the process he does not himself become a monster.”
 
Modern society has been profoundly changed by rapid digital developments and the widespread use of the internet. The rise of social networks and the near-instantaneous sharing of data and personal information have radically altered the ways we communicate, work and organize our lives. At the same time, these rapid transformations have created new fears and stresses that over time and have caused us to question the role and impact of these new tools and their place in our newly globalized society. The “information age” is also a time of ambiguous morality, increased military surveillance at the expense of individual liberty, and growing anxiety about overpopulation and available resources. Nouveaux Monstres enriches this complex terrain by putting the human role in these very real nightmares in stark relief. 
 
This exhibition explores with humor and poetry the figure of the boogeyman through an international panorama of contemporary artists. Through the playful investigation of the visual codes of these specters, the exposition is a fun-filled ride conceived to be experienced as a series of fairground attractions. It brings into question the relationship between a work of art and the viewer by placing the spectator at the heart of the work and toying with his image.

haut de page

MAC — Mac Plus

Inscription pour recevoir toutes les dernières news, offres de la mac