Chargement

Hold-On & Dérives

Maison des arts de Créteil - Hold-On & Dérives

Hold-On & Dérives

 Émilie Brout & Maxime Marion

voir l'interview d'Émilie Brout & Maxime Marion c'est ici

Hold-On
Entre cinéma et jeu vidéo, l’installation interactive Hold-On permet de jouer et de naviguer au sein de séquences issues de films célèbres. «Shining», «La Fureur de Vaincre», «Jurassic Park», etc. : autant d’extraits faisant référence aux différents genres vidéoludiques que le spectateur peut choisir puis contrôler à l’aide d’une interface de type arcade.
Alliant paradoxalement l’actualité de l’interaction au passé de l’enregistrement, le spectateur détermine en temps-réel les gestes et les mouvements de l’acteur principal ainsi transmué en avatar. En manipulant le joystick, il rompt le flux de lecture originel du film et en prolonge l’action. Jouant à la fois avec et contre le temps, le spectateur retarde l’inéluctable déroulement de la séquence jusqu’à son terme. À l’heure où les machinimas reproduisent l’expérience cinématographique à partir de jeux vidéo, Hold On propose donc précisément l’inverse : une expérience dynamique et ludique à partir du cinéma. Moteur de jeu programmé par Stéphane Kyles, électronique réalisée par Grégoire Lauvin. voir le teaser

Installation vidéo interactive, 2012 - 2013
Avec le soutien de M2F Créations

EN > Somewhere between film and video-game, in the interactive installation Hold On you can navigate your way through famous movie sequences like those from “The Shining”, “Enter the Dragon” or “Saturday Night Fever”. Thanks to an arcade-type device, you can choose and control sequences from those video-ludic style movies. Paradoxically using both the contemporary interactivity processes and old recording practices, the spectator can control the movements of the main actor (turned into an avatar(. The spectator can break the logical rhythm of the movie and lengthen the action using his joystick. He or she can delay the inevitable sequence of events, playing both with and against time. While machinimas are currently exploring video games to reproduce cinematics, Hold On, on the contrary, develops a playful and dynamic experience based on cinema. Game engine powered by Stéphane Kyles - electronics by Gregoire Lauvin

Dérives
Sous forme d’installation vidéo, Dérives consiste en un film infini composé de milliers de courts extraits cinématographiques, mettant chacun en scène l’eau de manière différente. Le montage de ces séquences offre au spectateur un nouveau film à part entière où l’eau devient le sujet principal, en plus d’un voyage dans son histoire au cinéma - de «L’Arroseur arrosé» des frères Lumière (1895) à «Titanic» de James Cameron (1997) en passant par «Le Couteau dans l’eau» de Roman Polanski (1962).
« On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » nous dit Héraclite ; l’eau change de forme et se modifie en permanence. Il s’agit d’un modèle à partir duquel tout peut naître, et c’est pourquoi Dérives propose une approche innovante de la narration par un système de montage automatique et infini. Chaque séquence sélectionnée a au préalable été annotée, en fonction de différents critères tels que son année de réalisation, sa typologie (eau violente, eau douce, eau «amoureuse». dans la lignée de la distinction de Gaston Bachelard) ou son degré d’intensité.
Exploitant ces données, un logiciel joue indéfiniment ces micro-séquences en temps-réel et les enchaîne de manière pertinente via différents moyens stylistiques (ruptures, contrastes, crescendos.). Ce montage fluctuant et porteur de sens offre ainsi une expérience cinématographique sans cesse renouvelée : une sorte de méta-narration.
Ce qu’il est donné de voir, c’est donc l’eau jouant tour à tour un rôle apaisant, terrifiant, maternel, etc. en alternant avec subtilité différents degrés dramatiques. A la fois réaliste et symbolique, et non plus utilisée comme une toile de fond pittoresque, l’eau devient un adjuvant autonome de l’intrigue, une entité omnipotente et polymorphique à part entière, protectrice, majestueuse ou terrible. Reléguant les acteurs au second plan, elle transcende et s’affranchit de ces films la figurant. voir le teaser

EN > Dérives (Drifts) is an infinite film, in the form of a video installation, composed of thousands of short cinematographic extracts, each one featuring water in a different way. The editing of these sequences creates an entirely new film in which water becomes the main subject and, in addition, offers to the spectator a journey through its cinematographic history: from The Waterer Watered by the frères Lumière (1895) to Titanic by James Cameron (1997) through Knife in the Water by Roman Polanski (1962). According to Heraclitus, «you could not step twice into the same river; for other waters are ever flowing on to you». Water is constantly moving and changing shape; it is a type from which everything can rise. In a similar way, Dérives proposes an innovative approach to narrative thanks to an infinite, automatic editing system. Each chosen sequence has first been categorized according to different criteria such as year of release, degree of intensity or typology (violent water, calm water, loving water according to the distinction of Gaston Bachelard). In using these data, a software program indefinitely re-edits these micro-sequences in real time and pertinently links them up through different stylistic processes (ruptures, contrasts, crescendos.). These fluctuating edits convey meaning and offer a constantly renewing cinematographic experience, a kind of meta narration. Here, water plays different roles (calming, terrifying, maternal, etc.) in turn, as the computer subtly alternates its different dramatic degrees. Water becomes an independent plot feature, no longer relegated to the scenery. It is both realistic and symbolic, an omnipotent and polymorphic entity: protective, majestic and terrible. Water transcends and overpowers the films that feature it, relegating humans into the background.

Installation vidéo générative, 2011 - 2013
Arte Laguna Virtual Art Prize 2014 - Prix Talent contemporain 2011 Fondation François Schneider

 + d'infos sur les artistes

 

haut de page

MAC — Studio — Mac Plus

Inscription pour recevoir toutes les dernières news, offres de la mac