Chargement

Human Use of Human Beings

Maison des arts de Créteil - Human Use of Human Beings

Human Use of Human Beings

Robin Meier & Ali Momeni
En réponse aux racines de la cybernétique et de l'intelligence artificielle ainsi que de leur application aujourd'hui, Meier et Moreni créent un langage musical et gestuel pour une colonie de robots sonorisateurs. Leurs robots autonomes sont conscients de leur environnement grâce à une variété de capteurs, ils communiquent les uns avec les autres sans fil, et diffusent du son...

Titre emprunté au livre du même nom de Norbert Wiener (1954) - père de la cybernétique et défenseur ardant d'une cohabitation pacifique entre homme et machine. Cette installation lui est dédiée.
C’est en remontant aux sources de la nature que nous en comprenons les mécanismes fondateurs de sa richesse. De même que les fourmis, champignons et abeilles, les micro-contrôleurs, batteries et circuits imprimés nous permettent de révéler l’intelligence et l’expressivité du monde qui nous entoure.
Par la machinerie de Human use of Human Beings, nous essayons de confronter matérialisme mécanique et magie des temps ancestraux de l’histoire humaine. Nous réinterprétons grâce à des robots les formes, sons et
habitudes hiératiques de « l’Agnicayana », le plus ancien rituel encore pratiqué aujourd’hui.
La plateforme sur laquelle évoluent les robots est constituée de triangles isocèles, en référence aux formes géométriques constituant l’autel de feu en forme d’oiseau utilisé lors de ce cérémonial millénaire. Régulés par les injonctions d’une voix humaine, les robots automatisés et sonorisés se réapproprient ce rituel. Ensemble, ils font résonner des incantations védiques et des champs harmoniques dont les timbres évoluent avec leurs
mouvements. Selon les instructions reçues, ils peuvent suivre leurs lignes fatidiques ou, au contraire, s’aventurer librement dans le champ ouvert de la plateforme, à leurs risques et périls.

Voir le site de l'artiste

UK
In his 1950 text titled The Human Use of Human Beings, Norbert Wiener - one of the founders of Cybernetic - argued for Utopia in which an evolved relationship between humans and machines expanded the consciousness of both parties. An avid advocate of automation, Wiener foresaw a world in which expanded collaboration among humans and machines relieved humans of treacherous and repetitive tasks, thereby creating
more opportunities for creative and intellectually stimulating activities. Wiener was also deeply concerned with information theory and its relevant to the human-machine relationship. He proposed that while the physical world leans toward greater randomness (the laws of thermodynamics and ever-increasing entropy), communication essentially negates a randomness negentropy. Wiener’s ideas not only laid the foundation for the field of artificial intelligence, it’s defined a trajectory of intellectual practice that was inherently interdisciplinary, concurrently humanistic and technocentric, and politically charged from the onset. In response to the roots of cybernetics and artificial intelligence and their implications today, Meier and Momeni creates a musical and gestural language for a colony of sound-making robots. Their autonomous robots are aware of their surroundings through a variety of sensors, communicate with one another wirelessly, and diffuse sound.
Each robot has a range of gestural and musical behaviors whose subtleties rely on environmental parameters and a state of its comrade robot. Their collective movements and emergent behaviors allow the artists to explore the blurry lines of work and leisure, repetition and improvisation, fate and freewill, well as communication and solitude.

Cette œuvre sera présentée du 10 octobre au 10 novembre 2013 à Aix-en-Provence dans le cadre de Chronique des mondes possibles, Marseille-Provence 2013

Partenaires

Le Manège
Arcadi
lille 3000
mac
marseille 2013
Seconde nature
la gare numérique
Dicréam
haut de page

MAC — Mac Plus

Inscription pour recevoir toutes les dernières news, offres de la mac