Chargement
12mar 2019—14mar 2018

Françoise Gillard

Parce que j’en avais besoin

création
Danse / Théâtre

« Le silence et les propositions des corps abritent bien des dialogues ».
Raconter la vision intime et fragile de ce qu'est l'amitié...

Françoise Gillard est sociétaire de la Comédie-Française. Dans la maison de Molière, elle interprète entre autres le rôle de « Roxane » du Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand dans la mise en scène de Denis Podalydès, « Antigone » de Jean Anouilh dans la mise en scène de Marc Paquien, « L’Évènement » d’Annie Ernaux et dernièrement « Poussière » de Lars Noren.  Elle cultive aussi une passion pour la danse qui la conduit de l’autre côté de la scène en tant que metteure en scène. Elle a déjà signé deux créations dansées à La Comédie-Française « Signature » et « L’Autre ».

D’innombrables écrivains et philosophes ont écrit sur ce qu’est l’amitié depuis la plus lointaine antiquité. D’Aristote à Pétrarque, de Montaigne à Jean de La Fontaine, d’Emmanuel Carrère à Mathias Enard, de Vincent Delecroix à Sandor Maraï, ils nous ont fait part des multiples chemins que l’amitié nous ouvre. De l’exigence qu’elle réclame, de la confiance qu’elle suppose, de la bienveillance et de la vigilance qu’elleexige, du réconfort enfin qu’elle nous apporte.

Quand on est inquiet, seul dans l’obscurité, savoir que quelqu’un quelque part estconfronté à la même inquiétude, au même silence et veille sur nous, c’est comme si –écrit Flaubert – chacun en écoutant l’autre, retrouv[ait] des parties de lui-même oubliées. Oubliées voire ignorées...

Que la Cour de Cassation se soit sentie obligée de préciser – en janvier 2017 – que « être ami Facebook n’est pas une relation d’amitié », qu’on puisse se targuer sur des réseaux sociaux de posséder 150 amis, alors que cinq millions de français déclarent souffrir de solitude, voilà qui prouve à quel point le mot amitié peut être détourné, galvaudé. Et l’on comprend ainsi que, de tous temps, les cultures et les religions aientfait de la recherche d’un ami une condition nécessaire au bonheur.

Avec la finesse, l’humour et l’attention poignante qui ont marqué ses œuvresprécédentes, L’Autre et Signature, Françoise Gillard dirige notre regard vers ce besoin essentiel, souvent indicible et invisible, qui reste un des socles de l’existence humaine, la recherche d’un ami.

Sillonnant des époques et des cultures particulières – chacune avec des expressions distinctes, des codes comportementaux et des règles tacites – mais aussi l’histoire denos propres vies, elle nous incite à nous interroger sur nos souvenirs et nos perceptions. L’amitié, que voulait-elle dire quand nous avions cinq ans, quinze ans,aujourd’hui ? Vit-on une amitié différemment si l’on est homme ou femme ? Est-ceplus facile d’avoir des amis dans la même profession ou plutôt le contraire ? Que garde-t-on de l’ami disparu ? Les mémoires ont - elles conservé, dans nos proprescorps, l’empreinte de sa gestuelle, de ses traits ? Et si les chemins parcourus par desamis devenaient subitement visibles, telle une calligraphie rendue colorée sur l’eau ?

Accompagnée de deux comédiens – dont l’amitié, née au lycée, dure depuis plus de vingt ans – et de musiciens dont la relation intime, passionnelle, avec leurs instruments nous amène à nous demander si l’amitié est vraiment limitée à des êtres humains, Françoise Gillard bouscule doucement nos a priori. "Parce que j’en avais besoin" invite chacun d’entre nous à retrouver ses propres souvenirs et les chemins partagés des émotions de sa vie.

La Compagnie Les Signatures existe depuis février 2016 : je l’ai créée dans un désir d’inscrire dans le collectif la rencontre de différents arts autour d’un même projet. Dans cette nécessité de décloisonnement, un désir d’aller encore et plus à la rencontre de l’autre. Une envie de découvrir, expérimenter des ailleurs, mesurer les possibles et se confronter aux impossibles. Unir les passions, avancer en se laissant surprendre avec ce désir vital et profond de créer.

 

Avec Benjamin Jungers, Julien Lemonnier, Yannick Gonzalez (comédien-musicien), Florence Hennequin
Compositeur : Szymon Brzoska 
Dramaturgie : Karthika Naïr
Assistant chorégraphique : Damien Fournier
Scénographie : Willy Cessa
Lumières : Nieves Salzmann
Costumes : Bernadette Villard
Régie générale : Pierre Blostin
Régie son : Xavier Bordelais
Assistante à la mise en scène : Sarah Préneron
Production : Christine Tiana
Production : La Compagnie Les Signatures
Coproductions : La Maison des Arts de Créteil et le Théâtre des Bernardines
Avec le soutien de la MGEN et de la Caisse d’Épargne de France.
Accueil en résidence à La Briqueterie - CDCN du Val de Marne.
Remerciements au Local

© Thierry Loisel

mardi 12 au jeudi 14 mars 20:00

Tarifs

10 à 22€

Télécharger

haut de page

MAC — Mac Plus

Inscription pour recevoir toutes les dernières news, offres de la mac