Chargement

Fracassés

Maison des arts de Créteil - Fracassés
10—13oct 2018

Gabriel Dufay / Kate Tempest

Fracassés

Création
Théâtre

Fracassés est une pièce dont le propos résonne particulièrement avec ce que nous vivons tous aujourd’hui. Rêves fracassés, aliénation généralisée, solidarité ébréchée, nécessité de changer sans savoir comment faire. J’ai la volonté de mêler dans ce spectacle sur la modernité et s la jeunesse,  musique, vidéo et danse dans un espace à la fois réaliste et onirique. Je veux aboutir à une forme théâtrale, chorégraphique et musicale, imprégnée d’une énergie électrique et d’une grande mélancolie, qui pose en creux cette question essentielle :
Comment repoétiser le monde ? Comment le réinventer et y trouver sa place ?

Dans un monde à la dérive, trois jeunes gens amnésiques qui se sont vus grandir trop vite, trois écorchés vifs, trois oiseaux blessés – avec du plomb dans l’aile –, ont usé leurs forces et se retrouvent sur le rivage, face à leurs illusions perdues, avec la volonté d’en découdre et de changer quelque chose dans leurs vies. Les personnages vont être confrontés à des choix, car s’ils veulent « changer », ils vont devoir malgré tout trouver leur place dans ce monde, dans cette ville qu’ils rejettent. La ville est partout dans cette pièce (les scènes se passent successivement dans un parc, dans un bar, dans un entrepôt et dans la rue), elle dévore tout ce qui bouge, comme une sorte de pieuvre aux tentacules infinies.

Aussi, l’espace sera un cadre épuré, comme un carrefour, une interzone, symbolisant bien la croisée des chemins où se retrouvent les personnages, entre le monde de l’adolescence qu’ils voudraient voir prolongé et le monde des adultes qui les appelle et les menace.

Je suis très inspiré esthétiquement par les photographies de Gregory Crewdson qui capte des solitudes en milieu urbain et par les films de Michael Mann. Un espace à la fois très brut (présence du bitume, de la rue, des bureaux) et très mystérieux (la ville la nuit et ses tonalités poétiques), avec des éléments du rêve et d’une nature qui grignote sur la ville, les personnages ayant constamment envie de s’évader, d’échapper à leur réalité. Fracassés est un texte qui ne va jamais là où on l’attend, brassant tout un tas de thèmes contemporains, de préoccupations urgentes, qui concernent tout un chacun. C’est une partition rythmique et musicale avec crescendos, decrescendos, solos, parties chorales, accélérations, ralentis, monologues et dialogues visant à épuiser le monde. Aux scènes réalistes succèdent les scènes brechtiennes, avec un art de la rupture et du mélange des couleurs.

J’ai choisi de monter cette pièce avec des comédiens au jeu animal, viscéral. Car ce texte demande aux acteurs un engagement sans faille. Chacun est ici prisonnier de sa solitude, comme un satellite en suspension dans l’espace. Au désespoir d’une jeunesse délaissée, à qui on ne propose aucune porte de sortie, répond la présence du Choeur (et donc d’une communauté réinventée, de la force abrasive de la poésie) dans la pièce. Tempest réussit à représenter les faiblesses mais aussi la force d’une génération, sans oublier de nous faire réfléchir sur un système que nous subissons et dont nous sommes pourtant tous les agents. Non sans humour, l’auteur se pose en chroniqueuse des temps modernes traquant les dysfonctionnements de notre société et partant également àla recherche de l’absolu, armée du désir très légitime de faire exploser les prisons dans lesquelles nous nous enfermons sans nous en rendre compte. Elle observe l’humanité avec acuité mais non sans tendresse. Kate Tempest, avec ce texte explosif, incite à la réaction immédiate, à une insurrection par la musique, la littérature, la poésie, l’art, l’engagement collectif («Wake up and Love more» est une des injonctions de notre poétesse). Aussi j’imagine ce spectacle comme une tragédie musicale, tout aussi bien que chorégraphique, portée par des comédiens mettant en jeu leurs corps et portant haut la poésie et la rage salvatrice de Kate Tempest.
Gabriel Dufay

Bord de plateau
Jeudi 11 et samedi 13 octobre à l’issue du spectacle

 

Traduction : Gabriel Dufay et Oona Spengler
Conception et mise en scène : Gabriel Dufay

Avec :
Clément Bresson (Danny)
Gabriel Dufay (Ted)
Claire Sermonne (Charlotte)
Collaboration artistique : Laure Hirsig
Regard chorégraphique : Corinne Barbara
Scénographie et vidéo : Pierre Nouvel
Réalisation images Londres : Vladimir Vatsev
Lumières : Sébastien Marc
Son : Bernard Valléry
Costumes : Gabriel Dufay et Gwladys Duthil
Régie générale / vidéo / son : Jéremy Oury
Initiation Krump : Dirty
Construction décor : Édouard Sautai
Stagiaire mise en scène : Salomé Blaise
Administration : Claire Lamarre
Diffusion et développement : Anne-Sophie Dupoux

Production : Compagnie Incandescence
Coproduction : Maison des Arts de Créteil, Maison de la Culture d’Amiens – Pôle européen de création et de production, Les Célestins – Théâtre de Lyon - La Villette, Paris.
L’Adami gère et fait progresser les droits des artistes-interprètes en France et dans le monde. Elle les soutient également financièrement pour leurs projets de création et de diffusion.Action financée par la Région Ile-de-France. Avec le soutien de Copie Privée et de la Spedidam [société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées]. Avec l’aide du DICRéAM.

L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté (www.arche-editeur.com)

© Laure Hirsig [Clément Bresson et Claire Sermonne]

 

 

 

Partenaires

ADAMI
COPIE PRIVEE
Mercredi 10 au samedi 13 octobre 20:00

Tarifs

10 à 22€

Télécharger

haut de page

MAC — Mac Plus

Inscription pour recevoir toutes les dernières news, offres de la mac