Chargement
04—06fév 2016

José Montalvo

Y Olé !

Danse

Après sa relecture amoureuse de Cervantès dans Don Quichotte du Trocadéro, José Montalvo nous plonge avec Y Olé ! dans un univers enchanteur sur fond de musique classique avec Le Sacre du printemps de Stravinski, de pop anglo‐saxonne et de chants traditionnels du monde entier.
On rapproche souvent le tableau de Pablo Picasso Les Demoiselles d’Avignon et Le Sacre du printemps comme étant deux oeuvres emblématiques de la modernité. Cette nouvelle création se présente comme un diptyque chorégraphique dans lequel j’ai voulu poser une image populaire à côté d’un tableau de Picasso, poser des chansons populaires à côté d’une oeuvre de Stravinsky… La pièce sera ainsi composée de deux parties musicales très distinctes qui jouent avec les classifications des cultures savantes et populaires, sans les fondre ni les confondre. La première partie de mon spectacle sera ainsi construite sur la musique du Sacre du printemps, chef‐d’oeuvre musical et chorégraphique incontournable dont je souhaite proposer une lecture personnelle à travers une écriture chorégraphique métisse. J’aimerais créer une fête
printanière, une célébration exubérante de la vie.
La deuxième partie assemblera chants traditionnels de mon enfance et tubes anglo‐saxons de mon adolescence, au moment de ma découverte des grands maîtres qui constituent aujourd’hui mon musée chorégraphique imaginaire. Une évocation décalée, rêvée, fantasmée, bricolée, des inspirations fondatrices de ma sensibilité esthétique, mon « background » chorégraphique.

Ce dialogue, je le dédie à mon père, Andalou de Jaén, qui aimait chanter : « Andalous de Jaén / Aceituneros altivos / Decidme en el alma / ¿Quien? Quien levantó los olivos? / Andaluces de Jaén / Andaluces de Jaén ». José Montalvo

"Flamenco donc, sinon rien ! ils sont cinq danseurs et chanteurs, sur un casting de seize interprètes contemporains, africains et hip-hop, qui fracassent le sol à grands renforts de zapateado, cette musique traditionnelle mexicaine. Ce martèlement nerveux d’une danse jamais assouvie claque raccord avec le volcanisme du « Sacre du printemps" d’Igor Stravinsky. Même charge d’exaspération existentielle, même jusqu’au-boutiste émotionnel. Avec ses à-coups et ses ruptures d’humeurs, le flamenco, comme d’ailleurs le hip-hop qui prend le relais, fait sauter le bouchon de ce Sacre optimiste et désirant » Le Monde, Juin 2015

voir le teaser 

La presse en parle

Création au Théâtre National de Chaillot (17 Juin 2015)
Pièce pour seize interprètes
Chorégraphie : José Montalvo
Assisté de : Joëlle Iffrig et Fran Espinosa
Scénographie et conception vidéo : José Montalvo
Costumes : Rose-Marie Melka, assistée de : Marie Malterre et Didier Despin
Lumières : Gilles Durand, Vincent Paoli
Collaborateur artistique à la vidéo : Sylvain Decay, Pascal Minet
Infographie : Sylvain Decay, Clio Gavagni, Michel Jaen Montalvo
Coordination artistique : Mélinda Muset-Cissé
Créé et interprété par seize danseurs : Karim Ahansal dit Pépito, Rachid Aziki, Abdelkader Benabdallah dit Abdallah, Emeline Colonna, Anne-Elisabeth Dubois, Serge Dupont Tsakap, FranEspinosa, Samuel Florimond dit Magnum, Elizabeth Gahl, Rocío Garcia, Florent Gosserez, Rosa Maria Herrador, Chika Nakayama, Lidia Reyes, Beatriz Santiago, Denis Sithadé Ros dit Sitha
Répétiteurs en alternance : Delphine Caron et Emeline Colonna, Simhamed Benhalima et Fouad
Hammani
Production : Théâtre National de Chaillot, Coproduction : Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

jeudi 4 au samedi 6 février à 20h

Tarifs

10€ à 20€
haut de page

MAC — Mac Plus

Inscription pour recevoir toutes les dernières news, offres de la mac